Matchs à l'étranger: la victoire avant tout

Même si l’équipe quittera la métropole jeudi en vue des deux matchs cruciaux, tout le temps disponible sera consacré à la préparation du match.

«Il faut se préparer et se concentrer. Remporter le match est le premier et seul objectif, indique le capitaine Mauro Biello. Les gens nous disent parfois à quel point nous sommes chanceux de voyager un peu partout en Amérique du Nord et de visiter de belles villes, mais nous sommes là pour le travail, ce ne sont pas des vacances.»

«Il n’y a pas de temps pour faire autre chose que s’entraîner, bien se nourrir et se reposer, déclare le défenseur Mauricio Vincello. Parfois, après le dernier match d’un séjour à l’étranger, si l’équipe quitte seulement le lendemain, tu peux aller manger au centre-ville avec tes coéquipiers. Mais avant un match — surtout s’il faut disputer deux matchs en deux jours comme en fin de semaine — bien manger et se reposer devient encore plus important.»

«Et chaque joueur au sein de la formation doit être prêt, surtout quand on joue des matchs consécutifs, souligne le défenseur Jason DiTullio. Tout le monde doit être frais et dispos.»

«Dans les villes où nous allons en avion, s’il arrive que le vol de retour est assez tard le lendemain du match, c’est à ce moment-là qu’on peut aller visiter un peu, ajoute DiTullio. Mais dans les villes plus proches de Montréal, comme Toronto ou Rochester, où nous allons en autobus, nous quittons tout de suite après la rencontre.»

Les joueurs montréalais peuvent toutefois profiter pleinement de la vie sur la route en tout début de saison, lorsque l’équipe quitte en direction du Sud afin de compléter son camp d’entraînement. Cette année, la troupe montréalaise a passé une semaine à Fort Lauderdale, puis une autre à Porto Rico, question de s’adapter avant tout aux conditions climatiques en prévision des matchs contre le Miami FC et les Islanders. Les joueurs ont donc eu la chance de profiter de leurs temps libres.

Mais c’est là l’exception. Après, c’est l’engrenage de la saison qui se met en marche. Mais comme le souligne Vincello, le métier de joueur professionnel et la vie sur la route dans la USL a ses bons côtés aussi.

«J’ai beaucoup de plaisir à simplement être avec mes coéquipiers, affirme-t-il. J’aime passer du temps avec l’équipe. Nous avons un bon groupe chez l’Impact, les gars s’entendent bien, alors c’est plaisant rien que de se retrouver avec les gars.»

-30-

Topics: