Ce sont des buts de Mauricio Vincello, à la 33e minute de jeu, et Fred Commodore, à la 78e minute, qui ont procuré la victoire à l’Impact.

Le onze montréalais, qui succède au Battery de Charleston, champion l’an dernier, a remporté le titre pour la deuxième fois de son histoire et la première fois depuis 1994. La formation de Seattle, quant à elle, a baissé pavillon à sa troisième présence en finale, après avoir décroché le championnat en 1995 et en 1996.

«C’était une sensation incroyable de tout gagner comme joueur, et c’est encore une sensation incroyable comme entraîneur, a déclaré l’entraîneur-chef Nick DeSantis, qui avait fait partie de l’équipe championne de 1994 en compagnie de Mauro Biello et Lloyd Barker. Les gars ont fait preuve de constance toute l’année, et ils l’ont fait jusqu’au bout. Ils étaient en mission depuis le premier jour et ils ont montré aujourd’hui que nous méritions le championnat.»

«Cette finale-ci, j’ai joué les 90 minutes, alors c’est spécial, a commenté Biello. C’est un championnat qui veut dire beaucoup, d’autant plus que j’ai été capitaine de cette équipe, de tout un groupe de joueurs.»

«Je ne pouvais pas espérer plus beau cadeau, a quant à lui déclaré le défenseur Gabriel Gervais, qui célébrait son 28e anniversaire de naissance, samedi. Tout le monde a travaillé fort, on a montré qu’on avait la meilleure équipe. Et tout ça devant 13 000 personnes, c’est incroyable.»

Le match a été disputé devant 13 648 spectateurs au Complexe sportif Claude-Robillard. Il s’agit d’un record d’équipe pour un match à domicile de l’Impact, en saison régulière ou en séries. L’ancienne marque, qui était de 11 019 partisans, avait été établie le 6 août dernier contre les Whitecaps de Vancouver.

Vincello a été proclamé joueur par excellence du match, honneur d’autant plus méritoire que mis hors de combat par une gastroentérite, vendredi, il a passé la nuit de vendredi à samedi sous intraveineuse et grâce aux soins du docteur Scott Delaney, il a pu se rétablir suffisamment pour disputer la rencontre.

«Je me sentais un peu fatigué durant l’échauffement, mais je me suis ensuite senti de mieux en mieux pendant le match, a déclaré Vincello. Je voulais jouer. J’ai joué toute l’année, je ne voulais pas rater la finale même si je n’étais pas à 100 pour cent.»

À la suite d’une remise de Zé Roberto au milieu du terrain, Vincello s’est dirigé vers la zone de réparation et il a décoché un tir du pied gauche dans la lucarne droite qui n’a laissé aucune chance au gardien des Sounders Preston Burpo.

Commodore a quant à lui profité d’une talonnade de Nevio Pizzolitto dans la zone de réparation. Placé devant le poteau droit, il s’est retrouvé seul devant Burpo et n’a pas raté sa chance à bout portant.

Craig Tomlinson avait tout juste auparavant raté une belle occasion pour les Sounders, à la 74e, alors qu’après une poussée à l’aile gauche, son tir a atteint la transversale.

«On voulait attaquer et mettre de la pression sur eux, et c’est ce qu’on a fait. On a obtenu le premier but mais on en voulait un deuxième, alors on a continué et on a mis le match hors de portée», a souligné Biello, dont les coéquipiers ont dominé le match 16-5 au chapitre des tirs, dont 10-2 en deuxième demie.

Le gardien Greg Sutton a signé son quatrième blanchissage des séries, en cinq départs.

«Les exploits individuels ne veulent rien dire si tu ne gagnes pas le championnat, a dit Sutton. Il y a tellement une bonne chimie dans cette équipe. Il n’y pas un seul joueur qui n’a pas contribué.»

-30-

SOURCE:
bcomm

INFO:
Stéphane Banfi
514-328-3668 (ext. 27)