DonadelSJ

Pour Marco Donadel, la tâche était aussi lourde que l’air, le 2 octobre à Orlando.


La pelouse artificielle augmentait la chaleur, déjà à 33 degrés, et le milieu de terrain italien faisait en plus face à des vagues incessantes de joueurs d’Orlando City SC tentant de se frayer un chemin vers la surface montréalaise qu’il protégeait.


Le positionnement intelligent de Donadel a cependant contribué largement à ce que l’Impact repousse les Lions vers les flancs. Et pourtant, il n’a même pas l’impression d’avoir joué un si grand match – Donadel croit plutôt qu’il a déjà beaucoup mieux fait par le passé.


« Le fait est que j’ai 33 ans, alors je sais ce que je peux faire, a souligné Donadel après l’entraînement de mercredi au Centre Nutrilait. Ma cheville va bien. Je peux la faire travailler davantage. Après trois ou quatre mois aux prises avec de la douleur et des blessures, c’est magnifique.


« Et ces jours-ci, la météo me sied mieux, a-t-il ajouté. J’aime jouer dans le froid et en soirée. 13 heures, à Orlando, ce n’est pas pour moi. C’était un cauchemar. »


Le match décisif de ce samedi contre les rivaux du Toronto FC (15h – RDS, TSN, ESPN, 98,5fm et TSN Radio 690) devrait donc mieux convenir à Donadel puisqu’on prévoit une température de 18 degrés. Mais comme chaque fois, le duel contre le TFC devrait être chaud, et Donadel a déjà prouvé qu’il sait gérer ce genre de rencontre au sommet.


« Nous devons gagner à domicile, dans notre stade et devant nos gens, a martelé Donadel. C’est aussi important en vue des séries. Si tu ne gagnes pas à domicile en séries, c’est impossible de tout gagner. Nous préparons ce match contre Toronto comme une finale. Je me rappelle le dernier match de la saison régulière contre Toronto l’an dernier. Nous n’avons pas bien joué en première mi-temps. Nous perdions 1-0, et dans le vestiaire, nous nous sommes dit que ce n’était pas le dernier match de la saison, que c’était un match de séries. La différence entre finir troisième ou quatrième et finir cinquième ou sixième est énorme. Et nous avons joué une deuxième mi-temps sensationnelle. Nous avons besoin d’une telle performance dimanche. »